Archives de décembre, 2010

Une fois n’est pas coutume, parlons de cinéma. L’une des sorties du jour, c’est « Sound Of Noise ». Pour résumer, ce film raconte l’histoire d’Amadeus Warnebring, un policier suédois allergique à la musique et confronté à six batteurs quiveulent jouer un concert dans toute la ville. Rien de bien méchant jusque là, sauf qu’ici c’est la ville qui sert d’instrument de musique. Pendant plus d’un an, les personnes qui ont travaillé à la réalisation du film ont enregistré des sons plutôt banals à première vue, avant de les mixer. Les recherches de ces sons ont duré quatre ans environ.
Un travail titanesque, donc, qui a en fait commencé un peu avant 2001. A ce moment, les deux réalisateurs suédois de « Sound Of Noise », Johannes Sjärne Nilsson et Ola Simonsson, ont l’envie de créer un film où la musique aurait le premier rôle. Ils recrutent six percussionnistes et réalisent un court-métrage, « Music For One Apartment And Six Drummers ». Plus de 10 000 vues et neuf ans plus tard, revoilà les mêmes protagonistes, pour un long-métrage cette fois. Fini les brosses à dents, les livres, les lampes ou les portes de placards, les instruments sont devenus une déchiqueteuse à papier, des bombonnes de gaz anesthésiant, un clavier, des fils électriques, ou encore des bulldozers.
Le concert est composé de quatre mouvements, et intitulé « Music For One City And Six Drummers ». Et si l’on ne peut qu’admirer l’ingéniosité qui a permis de trouver tous ces sons et de les mixer, on apprécie aussi le fait que le dualisme policier benêt-artistes rebelles ait été dépassé. On finit même par prendre ce pauvre Amadeus Warnebring en pitié, et à espérer que son allergie à la musique prendra fin.
Un film qui sonne comme une ode à la musique, et qui ne donne qu’une envie en sortant : allumer son lecteur MP3.

Publicités

C’est l’heure de la révélation. Le lauréat des Sonptueux Awards 2010 est… Fire Like This, le deuxième album de Blood Red Shoes. Pour ceux qui ne se sont pas encore rués l’écouter, c’est un concentré de titres énergiques et efficaces. Entre « Don’t Ask »« Light It Up » ou « When We Wake » pour ne citer que ces titres, difficile de sauter une piste en écoutant le CD.
En résumé, c’est une faute grave d’être passé à côté de Fire Like This cette année, et pour ceux qui n’ont pas encore bouclé leurs courses de Noël, offrir cet album est certainement la meilleure idée que vous pourrez avoir, quelque soit la personne à qui vous l’offrez.
Parmi les critères retenus pour l’élection du lauréat des Sonptueux Awards ont été choisis la qualité intrinsèque de l’album, mais aussi le niveau par rapport aux opus précédents, s’il y en a (et si Box Of Secrets (2008) est un bon album, Fire Like This est au-dessus), et en partie la notoriété de l’artiste, parce que ça fait plaisir de récompenser quelqu’un dont personne n’a entendu parler, ça change un peu d’Arcade Fire, MGMT ou The Bewitched Hands, qui sont dans tous les classements.

La playlist de la semaine (14)

Publié: 20 décembre 2010 dans playlist

Dernier coup de collier avant Noël, avec au programme Mumford & Sons, The Breeders, The Raconteurs pour ne citer qu’eux.

« Steady, As She Goes », The Raconteurs (Broken Boy Soldiers) :

 

« I Miss You », Blink 182 (Blink 182)
« Alice In Vain », Sleeper (Smart)
« Cannonball », The Breeders (Last Splash)
–  « This Is An Emergency », The Pigeon Detectives (Emergency)
– « X-Ray », The Maccabees (Colour It In)
– « My Own Worst Enemy », Stereophonics (Decade In The Sun)
– « Song 2 », Blur (Blur)
– « The View From The Afternoon », Arctic Monkeys (Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not)
– « Little Lion Man », Mumford & Sons (Sigh No More)

Par ces longues journées si monotones que le soleil refuse parfois de se lever, on n’a en général qu’une envie : rester sous la couette jusqu’à ce qu’on doive y retourner. Et dans ce cas, rien n’y fait. On peut essayer d’écouter du rock garage, cela ne changera pas. Alors autant se tourner vers une musique tranquille, reposante, pour éviter la monotonie. C’est là que Twin Sister est un groupe très intéressant. Le quintet pop américain est là pour sauver les journées ratées. Avec des mélodies simples mais pas simplistes, des voix douces, un rythme relaxant, impossible de s’énerver, même un jour de grève de la SNCF.
Entre « Nectarine »« Dry Hump » ou encore « Lady Daydream », leur album Vampires With Dreaming Kids/Color Your Life (2010) ferait certainement bonne figure dans un cours de yoga ou de méditation. Oubliez tous vos soucis, jusqu’à votre belle-mère ou les impôts, et laissez-vous aller avec Twin Sister. Qu’il ne faut, au passage, pas confondre avec Twin Sisters, un duo français de rock, qui repose donc beaucoup moins bien.

La playlist (à thème) du mois (3)

Publié: 17 décembre 2010 dans playlist

Parce que l’anti-conformisme demande des années d’entraînement, suivons l’actualité, avec une playlist sur Noël, le nouvel an et la neige.

« The New Year », Death Cab or Cutie (Transatlanticism) :

 

« Winter Song », Caesars (Paper Tigers)
« Is This Christmas ? », The Wombats (Is This Christmas ?)
« Snow », JJ 72 (JJ 72)
« Last Year’s Snow », The Cribs (Ignore The Ignorant)
– « Cutting Ice To Snow », Efterklang (Parades)
– « New Year’s Day », U2 (War)
– « Velvet Snow », Kings Of Leon (Aha Shake Heartbreak)
– « Happy Christmas (War Is Over) », John Lennon and The Ono Band
– « The Thin Ice », Pink Floyd (The Wall)

Sans oublier que toutes les playlists sont à retrouver sur Sonptueux TV.

Noisettes (à prononcer noisettes, en anglais dans le texte), c’est un groupe britannique qui tient toute son identité ou presque de sa chanteuse, Shingai Shoniwa. La bassiste (aussi) d’origine zimbabwéenne, est connue et reconnue pour sa voix particulièrement énergique, et ses coiffures, franchement déjantées parfois. Energique et déjanté, c’est ce qui ressort du premier album de Noisettes, What’s The Time Mr Wolf (2007). Emmené par le stratosphérique « Don’t Give Up », le titre qui les a fait connaître, l’opus est une merveille. Hormis quelques passages assez calmes (« The Count Of Monte Cristo »), le rythme est plutôt rapide et parfois saccadé (« Scratch Your Name »). Et que l’on aime ou non, on est obligé de constater que ces titres ne pourraient être joués que par Noisettes (« Sister Rosetta »« Mind The Gap »).
Rien à voir avec leur deuxième album. Wild Young Hearts (2009) est l’archétype même du deuxième opus raté. Loin, très loin de l’énergie et de l’identité de What’s The Time Mr Wolf, on y trouve des titres passe-partout, sans saveur, nuancée par « Don’t Upset The Rhythm », l’arbre qui cache la forêt. Pour le reste, c’est fade, et n’importe qui aurait pu signer ces titres, tant l’identité du premier album s’est perdue. Que ce soit « Wild Young Hearts »« Every Now And Then » ou « 24 Hours », on se demande ce qui a pu se passer pour qu’un si bon groupe tombe dans de tels travers.

Comme promis, voici la suite du classement des Sonptueux Awards, qui récompensent le meilleur album de l’année écoulée. Après les albums classés entre la 6e et la 10e place mardi dernier, place à ceux qui se trouvent entre la 2e et la 5e place. Avec une grosse pensée pour le 2e, qui échoue tout près de la gloire absolue, et rate ainsi l’occasion de vendre des milliers de disques supplémentaires, ou de se faire télécharger illégalement des millions de fois. Tant pis.
La révélation du lauréat 2010 des Sonptueux Awards sera faite mardi prochain, ici même.

2e : Absynthe Minded : Absynthe Minded

L’album éponyme du groupe belge est clairement une grande réussite. Un groupe de jazz-rock plus jazz que rock sur le coup, pour notre plus grand bonnheur. Rythme parfois groovy, paroles de temps en temps acides (« Fortress Europe »), Absynthe Minded vous repose avant tout, pour les jours où vos acouphènes vous empêchent d’écouter du black metal. Avec quelques titres à ne pas modifier, comme « Envoi »« My Heroic, Part One », ou encore « Papillon ». Parce qu’en Belgique, on sait aussi faire de la musique, et que pour le coup cet album ne passe pas loin du tout de la première place.

3e : Kings Of Leon : Come Around Sundown

On en avait déjà parlé lors de sa sortie, pas besoin de refaire une thèse dessus. Pour ce qui est l’un de leur meilleurs albums, Kings Of Leon nous régalent de belles envolées, plus mélancoliques que sur les albums précédents. Entre « The End »« No Money »« Pickup Truck » ou « Radioactive », difficile de ne pas trouver tube à son pied, tant Come Around Sundown regorge de titres incontournables.

4e : We Are Scientists : Barbara

Le troisième album du délirant trio californien est une bombe. 10 titres plus énergiques les uns que les autres, avec cette touche d’humour qui est celle de We Are Scientists. Derrière « Rules Don’t Stop » ou « I Don’t Bite »Barbara déborde de titres efficaces, comme « You Should Learn » et surtout « Ambition ».

 

5e : General Fiasco : Buildings

General Fiasco n’est donc pas destiné à l’oubli (en tout cas, pas tout de suite). Avec ce concentré d’énergie aux mélodies efficaces, surtout pour se réveiller, Buildings a de sacrés atouts à faire valoir. Lancé par « We Are The Foolish », un titre qui décoiffe même les plus chauves d’entre nous, l’album souligne toute l’énergie dont peut faire preuve un jeune groupe de rock (« Ever So Shy »), mais aussi une certaine mélancolie (« Buildings », ou l’excellent « Sinking Ship »). Eh oui, encore un must-have.