Archives de la catégorie ‘trip-hop’

« Give me a reason to love you. Give me a reason to be a woman. » Ou comment résumer toute la gloire de Portishead en deux phrases. Nous sommes en 1994. Le trio trip-hop britannique vient de sortir son premier album, Dummy, et les radios raffolent du premier single, « Glory Box » (d’où sont tirées ces deux phrases). Le mouvement trip-hop, méconnu, vient de trouver une nouvelle visibilité grâce à Portishead. Mais quand le groupe retournera dans l’anonymat (assez rapidement, juste le temps de gagner le Mercury Music Prize 1995, une distinction qui se veut la concurrente des Brit Awards), le trip-hop redevient un genre ignoré du grand public.
Outre les 3 minutes 30 du rythme lancinant de « Glory Box », l’album Dummy est une réussite, tant musicale que commerciale. Mais le deuxième opus, Portishead (1997), n’obtient pas le même écho que son prédécesseur. Pourtant, le style est le même et la qualité est toujours au rendez-vous (« All Mine »« Elysium »). Mais la mode a changé (c’est The Verve qui cartonne, Radiohead sort OK Computer) et Portishead doit se contenter d’un succès bien plus restreint.
L’année suivante, la chanteuse Beth Gibbons prend ses distances avec Portishead, sort un album avec l’ex-bassiste de Talk Talk (Out Of Season, 2002), puis annonce en 2003 qu’elle retrouve le groupe pour préparer un troisième opus. Finalement, Third sort en 2008, avec un style un peu différent des prédécents. La trip-hop est toujours à la base, mais le trio se lance un peu dans l’expérimental (« Machine Gun »). Un aspect qui nuit au succès de Third, qui ne glisse peut-être pas assez entre les oreilles pour charmer un large public.